Alors que le sommet économique mondial de Davos a ouvert ses portes ce matin, une étude de l’ONG Oxfam de janvier 2015 est réapparue avec fracas. Durant cette année 2016, les 1% les plus riches de la planète possèderont plus de richesses que le reste de la population. Une tendance qui pourrait perdurer dans les années à venir.

Le Forum économique de Davos alimente aussi bien les fantasmes les plus délirants que des indignations justifiées. Les puissants de ce monde se réunissent chaque année dans cette petite commune suisse pour débattre des problèmes économiques mondiaux pendant trois jours. Mais ce rassemblement est surtout l’occasion pour le secteur privé de faire du lobbying auprès des États pour protéger ses intérêts.

C’est ce que dénonce, entre autres choses, l’ONG Oxfam dans son étude publiée en 2015. Pointant du doigt l’évasion fiscale, qui représenterait selon elle plus de 7 000 milliards d’euros (soit environ les PIB cumulés de la France et de l’Allemagne), elle montre que les inégalités ne cessent de croître, au point que les 62 personnes les plus riches du monde possèdent autant que les 3,6 milliards les plus pauvres.

2021 : la moitié de la richesse mondiale tiendra dans une Twingo

En cinq ans, la richesse de ces 62 personnes a augmenté de 44 %, soit de plus de 500 milliards de dollars tandis que la richesse de la moitié la plus pauvre du monde a chuté de plus de 1 000 milliards de dollars, indique le rapport. « En 2010, ils étaient 388 à détenir la richesse des 3,6 milliards d’individus les plus pauvres de la Terre, soit de quoi remplir un avion de ligne. Ils sont aujourd’hui 62 et un bus suffirait pour tous les transporter », souligne Oxfam. Une phrase choc qui a poussé quelques observateurs à filer la métaphore jusqu’en 2021 :

world billionaires

En 2021, seuls 4 personnes concentreront autant de richesses que la moitié de la population mondiale si l’on poursuit la tendance.

2030 : des objectifs mondiaux inatteignables

Alors que certains critiquent la partialité d’Oxfam, l’ONG tient tout de même à nuancer. « La proportion de la population mondiale vivant dans l’extrême pauvreté a reculé, pour passer de 36% en 1990 à 16 % en 2010, de sorte que l’Objectif du Millénaire pour le développement consistant à réduire de moitié l’extrême pauvreté a été atteint avec cinq années d’avance sur l’objectif de 2015. Cette année, encouragés par ces progrès, les chefs d’État du monde entier se sont engagés à éradiquer l’extrême pauvreté d’ici 2030 dans le cadre des objectifs de développement durable de l’ONU ». Hélas, même certains économistes de la Banque mondiale, a priori moins partisans qu’Oxfam, estiment que ces objectifs ne pourront être atteints sans une politique mondiale de redistribution. Sans quoi la tendance de « l’économie au service des 1% » perdurera.

Courbes riches pauvres

Bien sûr, Oxfam n’attend pas du forum de Davos que le problème y soit réglé. Mais l’ONG entend bien mettre la pression sur ce rassemblement de puissants et de lobbyistes. Alors que les débats seront monopolisés par la quatrième révolution industrielle et la crainte d’une potentielle récession mondiale, Oxfam agite la problématique de la redistribution des richesses sous le nez des États.

De son côté, la France sera représentée par Manuel Valls, Emmanuel Macron, ainsi que le président du Medef Pierre Gattaz et les dirigeants de Total, Publicis ou Dassault. Nul doute que la lutte contre les inégalités y sera leur priorité.

les 1% toujours plus riches après 2016 ?

Category: Économie
1
2805 views

1 comment

  • Ensuite, ils terminent sur une phrase assez fataliste pretendant que les des sont jetes et parle meme de crise des inegalites . C est tout simplement du sensationnalisme, il n y a pas de crise des inegalites, c est juste qu il est normal d avoir des personnes un peu plus riches dans un systeme economique digne de ce nom. Qui donnerait le travail aux pauvres sinon ?

Join the discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *