Pollution-ocean

Plus de plastique que de poissons dans les océans dans 35 ans. Cela ressemble à un scénario catastrophe mais c’est une projection très crédible si l’on en croit la navigatrice Ellen MacArthur et le cabinet McKinsey à l’occasion de l’ouverture du forum économique mondial de Davos.

Le forum économique mondial de Davos a à peine ouvert ses portes qu’il fait déjà parler de lui. Alors que le thème de cette année est la quatrième révolution industrielle, la navigatrice Ellen MacArthur a tenu à attirer l’attention des industriels sur les dangers du plastique et de son économie à moyen terme. Dans un rapport, paru mardi, sa fondation indique que le ratio tonnes de plastique – tonnes de poissons dans les océans, qui était de un pour cinq (!) en 2014, sera de un pour trois en 2025, et dépassera un pour un en 2050. Il y aura alors, en poids, plus de plastique que de poisson dans l’océan.

Des continents de plastique

Les océans sont remplis de déchets plastiques. Chaque seconde, 412 kilos de plastiques sont déversés dans les mers. Même au cœur des zones continentales, tout ce que l’on jette par terre finit par se retrouver inévitablement dans la mer. Il faut ensuite moins de deux ans pour que les courants marins réunissent les particules de plastiques au centre de chaque océan. Ces derniers forment alors des « gyres », si impressionnants qu’on les appelle désormais « 7e continent ». Celui du pacifique Nord fait six fois la taille de la France (voir vidéo).

Bien sûr, l’enjeu majeur est la pollution de la planète, ainsi qu’un problème de santé publique, puisque nous mangeons les oiseaux et poissons qui ingèrent ce plastique. En 2050, la quasi totalité des oiseaux marins auront ingéré du plastique (contre  5% en 1960). Mais la navigatrice sait qu’au forum économique mondial il faudra jouer sur la seule corde sensible : l’économie. Depuis 1950, la quantité de plastique produite est doublée tous les dix ans, et « 95% de la valeur des emballages plastiques, estimée entre 80 et 120 milliards de dollars par an, est perdue » , estime-t-elle, plaidant ainsi pour la mise en place d’une économie circulaire, réutilisant les matériaux.

Vers une refonte de l’économie du plastique

« Les modèles de production et de consommation linéaire sont de plus en plus remis en question et cela est particulièrement vrai pour les filières où il y a de gros volumes de peu de valeurs comme l’emballage plastique », indique le communiqué. Le forum estime nécessaire « une refonte totale des emballages et des plastiques en général » et la recherche d’alternatives au pétrole comme matériau de base pour leur production car si rien ne change, cette filière consommera 20 % de la production pétrolière en 2050.

Plusieurs pays tentent actuellement de limiter l’usage des sacs plastique. En France, les sacs plastiques à usage unique devraient être interdits en mars. Au Royaume-Uni, la législation impose de faire payer les utilisateurs de sacs plastiques, afin de tenter de réduire leur utilisation. Les municipalités de l’agglomération montréalaise, qui abrite la moitié de la population du Québec, ont décidé d’interdire l’usage des sacs plastiques non biodégradables à compter de 2018.

Reste qu’il faudra dépolluer les mers. Pour cela des solutions pratiques existent également. Il y a quelque mois, les Australiens de Seabin Project ont par exemple connu un vif succès sur internet en inventant des poubelles flottantes aspirant les plastiques :

Pour aller plus loin :

Plus de plastique que de poissons dans les océans en 2050

Category: Environnement
0
2509 views

Join the discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *