univers-mort

Les cosmologistes sont comme des mages fascinants qui détiendraient les clés de l’Univers. Dans le monde scientifique, ils font partie des rares chercheurs qui, avec les paléoanthropologues et les archéologues, peuvent répondre aux nombreuses interrogations du grand public sur les origines de l’humanité.

« D’où venons-nous ? », « Qu’est-ce que le Big Bang ? », « Y a-t-il eu quelque chose avant ? » font partie des questions qu’on leur pose le plus fréquemment. Mais, par rapport aux paléoanthropologues et aux archéologues qui, par définition, ont les pieds ancrés dans le passé, les cosmologistes peuvent répondre à une autre question tout aussi fascinante, celle de notre destin. De la même manière qu’ils ont calculé le passé de l’Univers en écrivant le scénario du Big Bang, ils peuvent déterminer son avenir. Que se passe-t-il si l’on applique les lois de la physique aux prochains milliards d’années ?

Il faut commencer par s’intéresser au plus fragile, notre petit coin d’Univers. D’ici 2 à 3 milliards d’années, notre galaxie, la Voie lactée, fusionnera ou commencera à fusionner avec ses voisines, les Petit et Grand Nuages de Magellan et surtout la galaxie d’Andromède. Étant donné les distances énormes qui séparent les étoiles les unes des autres, avec un peu de chance cela ne devrait pas avoir trop de conséquences sur notre Soleil et son cortège de planètes.

En revanche, dans 4 ou 5 milliards d’années, notre étoile entrera dans le dernier stade de son évolution. En ayant consommé l’hydrogène situé dans son cœur, l’astre de nos jours sera agité d’une courte série de soubresauts destinée à trouver d’autres sources de « carburant » pour ses réactions thermonucléaires. Il gonflera tel un ballon de baudruche pour se transformer en géante rouge, avalant Mercure et Vénus au passage. Tout à coup proche de la surface solaire, la Terre deviendra une fournaise infernale puisque la température à sa surface s’y élèvera de plus de 1 700°C. Puis le Soleil éjectera une partie de sa substance dans l’espace pour se transformer en une naine blanche, un cadavre d’étoile inactif mais encore chaud.

Trois scénarios

Mais le cosmos ne mourra pas avec cette minuscule poussière qu’est la Terre. Les cosmologistes savent bien que 5 milliards d’années, ce n’est en réalité que… du court terme. L’avenir de l’Univers se jouera avec beaucoup plus de zéros au compteur des années. Pour ce qui est de la suite, les chercheurs ont longtemps hésité entre trois scénarios, ne sachant pas trop comment l’expansion de l’Univers risquait de se comporter. Soit, premier cas de figure, la gravité l’emportait et l’expansion se transformait en contraction. Au bout du compte, le cosmos se ratatinait de plus en plus vite et tout se terminait dans l’inverse du Big Bang, un Big Crunch, un effondrement total de l’espace, de la matière et du temps en un point. Soit, deuxième possibilité, la gravité ralentissait l’expansion de l’Univers de plus en plus, mais sans jamais pouvoir inverser le mouvement et le cosmos connaissait une vieillesse longue et tranquille, dans un paysage quasi-inchangé, attendant simplement que toutes ses ressources s’épuisent. Soit, troisième et dernier scénario, la gravité perdait le combat et l’expansion de l’Univers s’accélérait.

Lire la suite sur le site du Monde.

Comment l’univers va-t-il mourir ?

Category: Espace
0
898 views

Join the discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *