Elon Musk est un vendeur de rêve (et de fusées). S’il n’a jamais caché son but ultime, fouler le sol de la planète Mars, il semblerait qu’il soit décidé à mettre les bouchées doubles pour y arriver. Ce mardi, il a annoncé devant un parterre de scientifiques médusés vouloir établir une colonie humaine sur Mars dès 2024.

Ce mardi, lors du 67e congrès d’astronomie à Guadalajara, au Mexique, le boss de SpaceX a présenté un plan de colonisation de notre planète voisine, Mars. Ni plus ni moins. L’idée est de développer un gigantesque lanceur, le plus gros jamais construit, qui pourrait mettre en orbite un vaisseau capable d’emporter une centaine de passagers ainsi que leur cargaison. Il compte s’appuyer sur son moteur Raptor :

Le premier (et unique) étage de ce lanceur monstrueux serait capable de dégager une poussée de plus de 13 000 tonnes au décollage et d’emporter avec lui une charge de plus de 500 tonnes en orbite.

tank-spacex

Des chiffres qui dépassent l’entendement en matière de spatial, surtout lorsque l’on considère que SpaceX n’a encore pas envoyé un seul homme dans l’espace (le premier vol habité de sa capsule Dragon devrait avoir lieu en 2018) alors que Musk annonce qu’un million de personne vivra sur Mars dans les années 2060 !

La révolution de la fusée réutilisable

Grâce à son pari gagné, réutiliser les mêmes lanceurs pour chaque vol, SpaceX entend organiser des voyages vers Mars tous les 26 mois lorsque la Terre et Mars seront alignées et Elon Musk souhaiterait lancer le premier voyage dès 2024, même s’il a reconnu que ce calendrier est “optimiste”. Léger détail, les passagers souhaitant souscrire à cette « incroyable aventure » n’auront pas vraiment de garantie de survie : « le risque de décès sera élevé, c’est une évidence. La question est: êtes-vous prêt à mourir ? Si c’est le cas, vous êtes candidat au départ », a-t-il affirmé. L’homme d’affaire a souvent déclaré vouloir « mourir sur Mars, mais pas lors de l’atterrissage ».

Avant de pouvoir même imaginer une colonie humaine sur Mars, Musk reconnaît que le coût du trajet reste un problème de taille. Il a donc fait de la réduction des coûts son cheval de bataille. « On ne peut pas créer une civilisation autosubsistante si le billet est de 10 milliards de dollars par personne. Notre objectif est de le ramener au coût moyen d’une maison aux États-Unis, soit environ 200.000 dollars ».

Vers une espèce interplanétaire

« Faire de l’humanité une espèce multiplanétaire ». Telle est l’ambition de l’entrepreneur. Tout son plan est détaillé dans cette vidéo de deux heures (en anglais), introduite par Jean-Yves Le Gall, french prézident off ze CNES :

Si tout ceci peut paraître incroyable, surtout dans des délais si courts, il faut se souvenir que Musk a habitué le monde à mener à bien la plupart de ses projets, que l’on croyait souvent impossibles. À tel point qu’aujourd’hui on se prend à non seulement rêver que Musk puisse emmener des humains sur la planète rouge, mais également à comment organisera-t-on notre vie sociale martienne ?

À lire sur Numerama : Coloniser Mars : il nous reste 6 ans pour répondre à ces questions cruciales

 

Pour aller plus loin :

 

“Il y aura un million d’humains sur Mars d’ici 2060„

Category: Espace
0
909 views

Join the discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *