Red-Dragon

SpaceX, l’entreprise d’Elon Musk, n’en finit plus d’osciller entre annonces chocs et retropédalages. Alors que ses premiers vols vers Mars devaient partir dès l’année prochaine, l’entreprise a annoncé qu’ils auront lieu plutôt « à partir de 2020 ».

Elon Musk a finit par nous habituer. Qu’il s’agisse d’Hyperloop, de Tesla ou de SpaceX, l’entrepreneur américain n’hésite pas à se fixer de objectifs qui paraissent inatteignables. À tel point qu’il finit… par ne pas les atteindre. En septembre dernier, devant un parterre de scientifiques sidérés, l’entrepreneur a annoncé avec fracas envoyer ses premières fusées vers Mars dès 2018 et en a profité pour dévoiler un plan de colonisation de la planète rouge sur plusieurs décennies.

“Il y aura un million d’humains sur Mars d’ici 2060„

Mais force est de constater qu’il a probablement été un peu trop ambitieux et qu’il va devoir revoir son calendrier martien à la baisse. C’est en tout cas ce qu’a annoncé ce week-end Gwynne Shotwell, la patronne de SpaceX, au site The Verge : « nous étions focalisés sur 2018 mais nous avons ressenti le besoin de mettre plus de ressources et de nous concentrer davantage sur notre programme d’équipage et notre programme Falcon Heavy ».

Forcément, c’est tout le plan d’Elon Musk qui se décale. Et alors que la timeline indiquait que les premiers colons devaient arriver sur notre planète voisine dès 2024, nous allons sûrement devoir attendre un peu plus avant de voire un humain fouler le sol martien.

Mais il ne faudrait pas que les délais ne se décalent trop, car le plan d’Elon Musk tient compte des positions rapprochées de la Terre et de Mars dans la première moitié de la décennie 2020. Si SpaceX rate le coche, elle devra attendre que les deux planètes se rapprochent à nouveau pour raccourcir la durée du voyage. Sachant qu’avec le plan actuel, il faut déjà compter entre six mois, au (très) bas mot, et un an de voyage long et douloureux pour le corps humain pour atteindre l’orbite martienne.

D’autre part, l’entreprise américaine ne devra pas accumuler trop de retard si elle ne veut pas perdre son avance considérable sur ses concurrents. L’Europe, en coopération avec la Russie, la Chine, l’Inde et même les Émirats Arabes Unis sont désormais dans la course à la planète rouge. Et si SpaceX semblait être largement installée en tête de cette course, il serait maintenant temps de montrer qu’il ne s’agit pas que d’effets d’annonce.

SpaceX n’ira pas sur Mars avant 2020

Category: Espace
0
565 views

Join the discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *