Futur antérieur. Comment voyait-on le futur avant ? Aurait-on pu imaginer ce qu’allait devenir la télévision en 1947 ? Autour de l’univers de René Barjavel, un court-métrage intitulé « la télévision, l’œil de demain » nous retranscrit ce qu’était le futur il y a 70 ans.

Nouvelle rubrique sur Nom de Zeus, Futur antérieur propose de regarder non plus l’avenir, mais le passé. Ou plutôt, de regarder l’avenir, mais vu du passé, vous suivez ? Grâce, entre autres, aux archives de l’INA, Nom de Zeus vous propose chaque semaine une projection faite par nos prédécesseurs avant nous.

Cette semaine, un court-métrage de J.K. Raymond-Millet  et commenté par Julien Bertheau, diffusé en janvier 1947, évoque le futur de la télévision. Entre anticipation brillante de l’univers de l’image portable, qui préfigure notre monde où le smartphone s’est rendu indispensable, et décalages volontiers bizarroïdes (« nous verrons des matchs de boxe dans nos soupières »), le film imagine jusqu’où pourrait aller la technologie d’alors.

Inspirée de l’œuvre de René Barjavel, la vidéo nous laisse aujourd’hui un regarde amusé, et nous permet de mesurer tant le chemin parcouru que ce à quoi nous avons échappé.

Avec nos yeux et nos oreilles actuels, certaines tirades valent aujourd’hui de l’or. « Les ministres de demain, au lieu d’être choisis comme ceux d’aujourd’hui pour leur valeur, leur intelligence et leur dévouement à la cause publique seront choisis pour la séduction de leur sourire et le velouté de leurs yeux », peut-on par exemple entendre.

Le futur de la télévision vu de 1947

Category: Futur antérieur
0
724 views

Join the discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *