worldmetro

La semaine dernière, la société de transport à grande vitesse Hyperloop, création d’Elon Musk, a (enfin) annoncé du concret. Et en sélectionnant ses 35 chantiers à travers le monde, l’entreprise pourrait transformer radicalement la carte du transport mondial.

Depuis 2013 et la première évocation de l’Hyperloop, l’idée d’Elon Musk est passée de plan foireux à “hype”. Si bien que le monde entier souhaite désormais avoir un projet Hyperloop sur son sol. Et  la semaine dernière, Hyperloop One, la société chargée de mettre en œuvre le réseau Hyperloop a annoncé tenir ses finalistes. Elle compte démarrer ces 35 projets répartis à travers le monde “dès le mois prochains”.

Hyperloop, le transport du futur, sera en marche dès 2020

Du régional au mondial

Ces 35 projets seront régionaux, reliant des “courtes” distances entre elles. Et attention cocorico : la France accueillera bien un projet d’Hyperloop ! Ce dernier se situera en Corse et devrait permettre de relier la Corse et son île voisine, la Sardaigne. les plaçant ainsi à « quelques secondes l’une de l’autre » comme l’indique le site de France Bleu. Voici la carte des 35 projets régionaux :

860_hyperloop-one-finalists-800x450
Les 35 finalistes d’Hyperloop. Crédit : Hyperloop One

L’idée est donc d’instaurer dans un premier temps des “petits” réseaux régionaux, dans trois grands pôles : Amérique (du Nord), Europe et Asie. l’entreprise ambitionne de terminer ces réseaux dans les cinq prochaines années. Puis, l’idée sera ensuite de connecter ces trois grandes régions entre elles afin de créer un « vaste réseau mondial », en y ajoutant trois lignes pour l’Amérique du Sud, l’Afrique et l’Océanie.

Ce réseau ressemblerait alors à s’y méprendre à la carte en couverture de cet article. Résultat des travaux de Mark Ovenden, journaliste et écrivain britannique, en 2003, cette carte pourrait se retrouver plus que jamais d’actualité si Hyperloop tient ses promesses.

Prendre le train pour aller aux États-Unis

Car il s’agit tout de même de ça. Il faudra tenir ces promesses. Hyperloop One sait communiquer. L’entreprise se voit comme le « haut débit du transport » et entend permettre au gens d’être « partout, de bouger partout et d’être connectés à tout le monde ». Comme souvent avec les idées d’Elon Musk, il y a ce questionnement qui persiste : et si tout ceci n’était que de la fumisterie ? Car pour l’instant, le concret se fait plus rare que les effets d’annonce… Mais comme toujours avec les idées d’Elon Musk, on finit par se dire : s’il y arrive, ça sera quand même vraiment révolutionnaire.


Et il faut bien l’avouer : on a envie d’y croire. Avec son “train” de 1000 km/h, Hyperloop nous promet l’équivalent d’un Paris Marseille en moins de 45 minutes et pour 35 euros. Il nous promet de prendre le train pour aller aux État-Unis ou en Asie et qu’un tel trajet ne prendrait que quelques heures.

Mais pour que le monde ressemble à un plan de métro, il faudra également qu’Hyperloop règle un léger détail : en se déplaçant à des vitesses si élevées, les passagers risquent de probablement vomir partout durant leur trajet. Un détail, on vous dit.

Avec Hyperloop, le monde ressemblera à un plan de métro

Category: Urbanisme
0
4090 views

Join the discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *