Gratte ciel Tokyo

Un nouveau gratte-ciel gigantesque pourrait voir le jour à Tokyo. La « Sky Tower Mile » est espérée pour 2045 et fera partie d’un vaste plan appelé « Next Tokyo ». Haute de plus de 1,6 km (oui, ça fait 1 mile, bien vu), la tour deviendrait bien sûr le plus haut bâtiment du monde.

Les agences Kohn Pedersen Fox Associate (KPF) et Leslie E. Robertson Associates (Lera), ont rendu public leur Next Tokyo, ambitieux plan d’urbanisme pour une ville qui a toujours été à la pointe de l’innovation. Ce plan comprend, entre autres, la construction d’une tour de plus de 1 600 mètres. Elle ferait alors le double de la tour Burj Khalifa, actuel plus haut bâtiment du monde.

Plans Sky Mile

L’idée reste pour l’instant à l’état de projet, même si les agences espèrent le voir sortir de terre (de l’eau ?) à horizon 2045. Il répondrait en tout cas à plusieurs problématiques auxquelles le monde et particulièrement le Japon devront faire face à l’avenir.

Ville verticale

L’organisation mondiale de la santé estime qu’en 2050, plus de 7o% de la population mondiale sera urbanisée. Un défi d’importance pour le Japon et pour Tokyo, déjà ville la plus peuplée au monde (Grand Tokyo). La « Sky Mile » pourrait alors loger plus de 55 000 personnes et deviendrait une ville verticale dans la ville. Ou plus exactement dans la baie. Car l’idée est bien de dompter l’espace que cette dernière représente dans une ville qui manque cruellement de place.

Sommet mile high

Îlots flottants

Dans un souci de place, donc, mais également pour relier les deux rives, éloignées d’environ 14 km, les deux cabinets ont donc imaginé une cité capable de flotter dans la baie. Une immense structure de plusieurs kilomètres de long serait donc la colonne vertébrale de la ville flottante autour de laquelle reposeraient plusieurs îlots artificiels.

baie Tokyo

Indépendants les uns des autres, ces îlots ont la forme d’hexagones et seraient joignables par « water bus ». La plupart d’entre eux serviront de champs et de générateurs afin de fournir à la nouvelle ville ressources et énergie, puisée dans les courants marins.

Écocité

Car le projet se veut également écoresponsable. Les hexagones verts, à l’aide de l’eau salée de la baie, serviront à cultiver des micro-algues, dont on attend qu’elles deviennent une source de carburant renouvelable. Par ailleurs, la ville espère avoir une consommation d’énergie nulle ou positive, grâce à un mix énergétique provenant de « panneaux solaires, du vent, de micro-turbines et de l’énergie cinétique des trains qui traverseront la baie ». La façade de la tour est également conçue pour recueillir, filtrer et stocker l’eau de pluie, palliant ainsi à la nécessité de pomper l’eau vers les étages supérieurs.

hexagone champ tokyo

Située en zone sismique, Tokyo est exposée à de nombreuses catastrophes naturelles liées à cette activité intense. Ainsi, les bâtiments (dont la Sky Mile Tower) sont conçus pour y résister (même si le cabinet évoque des potentielles « vibrations importantes », qui provoquent le balancement du sommet face à des vents puissants. Gloups). Mieux, les petites îles hexagonales pourraient même protéger Tokyo contre la hausse du niveau de l’eau en cas de catastrophe et donc prévenir des inondations.

Bien sûr, tout ceci reste hypothétique. Et si on ne sait pas encore si ce projet verra le jour, on peut tout de même rêver de la vue imprenable qu’offrirait le sommet de cette Sky Mile Tower.

Pour aller plus loin :

  • Crédits photos : ArchDaily
  • Repéré sur Dozodomo.
  • Burj Khalifa, la plus haute tour du monde. National Geographic

Next Tokyo 2045 : le projet fou d’une tour de 1,6km de haut

Category: Urbanisme
2
3086 views

2 comments

  • Impressionnante cette tour ! Mais je vois difficilement comment elle sera « écolo » alors qu’elle va être créée sur l’eau … Ça reste un beau projet, bientôt la ville du 5ème élément sera là !

  • La construction du plus haut gratte-ciel du monde est quasiment devenue une discipline olympique. A tel point que chaque annee, de nouveaux projets tous aussi fous les uns que les autres voient le jour. En 2016, c’est au tour des Japonais de se lancer dans la competition avec un projet epoustouflant visant a doter la capitale du pays d’une tour sans aucun equivalent dans le monde.

Join the discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *